| Autrefois les Pyrénées

Souvenirs des Pyrénées

Objets d’histoire & histoires d’hommes

Brigitte GASTON-LAGORRE

Par le regard qu’elle porte sur l’amas hétéroclite de ces objets qui décorent nos murs, emplissent nos tiroirs ou encombrent nos armoires, Brigitte Gaston-Lagorre révèle une mémoire collective inscrite dans un paysage marqué par la présence des Pyrénées.
Ces objets-souvenirs témoignent d’une histoire et fondent un « petit patrimoine » qui réfléchit tout à la fois une époque, une activité, un terroir singuliers.
Isard porte-lettres, sabot-cendrier, cartes postales, gourde d’eau bénite directement venue de Lourdes, peigne en corne acheté en pays d’Olmes ou objets publicitaires glanés sur la caravane du Tour, dans l’Aubisque : tout ce joyeux bric-à-brac nous invite à explorer un territoire intime en nous replongeant dans notre propre histoire.
Ces menus objets agissent comme autant de balises, nous contant les plaisirs et les peines, les joies secrètes et les deuils… À ce titre, chacun d’eux est précieux, même s’il n’a parfois aucune valeur marchande.
C’est la résurgence de souvenirs d’enfance liés à ce type d’objet qui a motivé l’écriture de ce livre pour lequel l’auteure s’est fait un malin plaisir d’aller à la rencontre de collectionneurs follement entichés d’objets-souvenirs, qu’ils soient liés à l’activité industrielle – comme JOB – ou au monde agropastoral, magnifié par des passionnés de la mémoire paysanne.
Brigitte GASTON-LAGORRE enseigna en Ariège et loin de ses Pyrénées avant d’exercer de plus hautes fonctions dans l’univers des bibliothèques.
Loin d’une vision esthétique classique, émise au seul nom du « bon goût », Brigitte Gaston-Lagorre, nourrie par une triple influence –littéraire, artistique et sociologique –, analyse avec passion le riche imaginaire pyrénéen.

Voir quelques pages du livre

bibliographie

Pistes bibliographiques

Les Objets, Communications, n°13, 1969.
Œuvre ou objet, Sociologie de l’art, n° 6, 1993.
Histoire des mœurs, t. I, Jean Poirier dir., Paris, Gallimard, La Pléiade, 1990.
Les Objets et les choses, Genèses, n° 17, Paris, Belin, 1994.
Collectionner ? Territoire, objets, destins, Odile Vincent dir., Paris, Creaphis, 2011
BARTHES, Roland, « Sémantique de l’objet », [1964], in L’Aventure sémiologique, Paris, Seuil (coll. Points), 1985. —
« L’effet de réel », [1968], in Le Bruissement de la langue, Paris, Seuil , coll. Points, 1984. Repris dans Littérature et réalité.
BAUDRILLARD, Jean, Le Système des objets, Paris, Gallimard, 1968.
« La morale des objets. Fonction-signe et logique de classe », Communications, 13, 1969.
« La liturgie formelle de l’objet », in La Société de consommation, Paris, Gallimard, 1970.
BENJAMIN, Walter, « L’œuvre d’art à l’ère de la reproductibilité technique », (1936), in Œuvres, t. II, Poésie et Révolution, Paris, Denoël, 1971.
BAZIN, Jean, BENSA, Alain, « Les objets et les choses. Des objets à “la chose” », www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/genes_1155-3219_1994_num_17_1_1257
Böll Heinrich, Le Destin d’une tasse sans anse, 1985.
BON François, Autobiographie des objets, 2012.
CARAION, Marta, « Objets en littérature au XIXe siècle », Images Re-vues [En ligne],
4 | 2007, document 1, mis en ligne le 01 janvier 2007. URL : http://imagesrevues.revues.org/116
CHARPY, Manuel, Le théâtre des objets. Espaces privés, culture matérielle et identité bourgeoise – Paris, 1830-1914, Thèse de doctorat, Université de Tours, 2010.
« L’ordre des choses. Sur quelques traits de la culture matérielle bourgeoise parisienne, 1830-1914 », Revue d’histoire du XIX e siècle, n° 34, 2007.
« La comédie à demeure. Circulations des modes, des objets et des dispositifs techniques dans le Paris du XIX e siècle », in La maison, lieu de sociabilité, Paris, Le Manuscrit université, 2007.
CHOAY, Françoise, L’Allégorie du patrimoine, Paris, Seuil, 1992.
DAGOGNET, François, Éloge de l’objet : Pour une philosophie de la marchandise, Paris, Vrin, 1989.
L’invention de notre monde : L’industrie, pourquoi et comment ?, Paris, Encre marine, 2000.
Pour l’art d’aujourd’hui, de l’objet de l’art à l’art de l’objet, Ed. Dis Voir, 1992.
FREUD Sigmund, « Le fétichisme », in Trois essais sur la théorie sexuelle, 1905.
HUYSMANS Karl-Joris, A Rebours, 1884, Livre de poche.
PAMUK Orhan, Le Musée de l’Innocence, 2011 ; L’Innocence des objets, 2012
PEREC Georges, Les Choses, 1965.
PONGE Francis, Le Parti pris des choses, 1942.
PONGE Francis, Pièces, NRF, Poésie – Gallimard et plus particulièrement « L’édredon » (p.55), « La lessiveuse » (p.72), « La radio » (p.89), « La valise » (p.90), « La cruche » (p.94), « L’assiette » (p.125).
VIAN Boris, La Complainte du progrès, 1956
VIGOUROUX François, L’Ame des objets
ZOLA Emile, Au bonheur des dames, 1853.

Et dans le domaine des arts plastiques, les œuvres – entre autres -, de  : Arman, Ben (Vautier), Christian Boltanski, Georges Braque, César, Salvador Dali, les frères Di Rosa, Marcel Duchamp, Eileen Gray, Damien Hirst, Jeff Koons, Bertrand Lavier, René Magritte, Pablo Picasso, Michelangelo Pistoletto, Jean-Pierre Raynaud, Daniel Spoerri, Philippe Starck, Jean Tinguely, Joana Vasconcelos, Andy Warhol.

Et aussi…

La série L’Objet de… réalisée par Julie Bonan sur une idée originale de David Unger produite par Actes Sud a été diffusée sur Paris Première et l’est toujours sur YouToube. Des auteurs présentent, en deux minutes, leur objet préféré.
La série filmée « Objectivement » diffusée sur Arte à partir de ce concept : Et si les objets qui nous entourent prenaient vie ? Que diraient-ils ? La série donne la parole aux objets et croque avec drôlerie nos travers et nos manies. Les objets deviennent des personnages avec leurs envies et leurs tracas du quotidien. Allongés sur le divan, ils se confient au docteur Rorschach.

ISBN : 978-2-917971-74-1 – 200 pages + 24 pages couleur, 16,5 x 24,5 – 25 €

Ardoise et tableau noir

couv-ecoleUne histoire
de l’école
dans les hautes
vallées d’Ariège

Brigitte Gaston-Lagorre

L’implantation de l’École laïque en zone rurale montagnarde ne s’est pas faite sans obstacles. Mais au fond que sait-on aujourd’hui de l’école d’hier, de cette école qu’un regard brouillé de nostalgie a tendance à idéaliser ? Se souvient-on encore de sa naissance, très lente, dans les territoires reculés marqués par la rudesse du climat et la topographie des lieux ? Que sait-on aujourd’hui du combat mené de haute lutte contre la toute-puissance de l’Église qui régnait alors sans partage sur l’éducation ? Garde-t-on encore en mémoire le rôle d’ascenseur social qu’a pu jouer cette École, arrachant bien souvent à la misère des enfants prédestinés aux travaux des champs ou aux tâches ménagères ? Raconter l’histoire de cette implantation, c’est raconter l’histoire de l’éducation, à travers ses règlements, ses rites mais aussi à travers l’évolution de ses manuels scolaires. C’est faire le portrait de quelques figures marquantes grâce à des témoignages d’élèves et d’instituteurs et d’institutrices inscrits à jamais dans les mémoires de tous ceux qui, fils de paysans, d’employés, de bûcherons, d’ouvriers ou de bourgeois se trouvaient réunis dans un même lieu, l’école. L’école que venait visiter, une fois l’an, le photographe pour un grand moment destiné à laisser une trace faite pour durer. L’auteure, Brigitte Gaston-Lagorre, fut enseignante en collège et en lycée – en Ariège et ailleurs – avant d’exercer de plus hautes responsabilités au sein du ministère de l’Éducation nationale. Elle est allée enquêter dans les hautes vallées d’Ariège, du côté de Seix, d’Ercé, d’Aulus, de Massat ou de Castillon, à la rencontre de ceux qui ont vécu cette grande mutation, anciens élèves comme anciens enseignants formés pour la plupart à l’École normale de Foix. Cet ouvrage, richement illustré, émaillé de souvenirs émouvants, est le fruit de ce travail.


ISBN : 978-2-917971-55-0 – 174 pages, couleur, 27 x 22 – 29 €




Chafré, un photographe aux Pyrénées

Aulus-les-bains 1880-1914

Alain Bourneton
François Daliphard
Jean-Louis Deschamps

Durant la deuxième moitié du XIXe siècle, l’essor du thermalisme vint bouleverser le mode de vie ancestrale basé sur l’économie montagnarde du village d’Aulus, en Ariège. Une vie dont il resterait aujourd’hui peu de traces si cette forme naissante de tourisme n’avait transporté dans ses bagages un passager clandestin : Jean Pierre dit Chafré, photographe de métier.
Alain Bourneton, écrivain-photographe, François Daliphard, collectionneur, et Jean-Louis Deschamps, biographe de Chafré ont mis en commun leur passion pour cet artiste dans ce livre qui rassemble l’essentiel de l’œuvre d’un grand de l’image sorti de l’oubli.
Construit à partir de la trentaine de tirages originaux et des 200 cartes postales qui ont traversé l’épreuve du temps, ce livre est le fruit d’un goût partagé pour l’œuvre de Chafré et l’histoire du Couserans.
Ces clichés – couvrant la période 1880-1914 – disent combien Chafré s’est pris de passion pour le vieux village resté à l’écart de l’activité thermale. Sa manière de saisir les humbles dans leur quotidien laisse entendre qu’il était leur familier : point d’agressivité ni de folklorisme dans son regard, il est là pour témoigner des bouleversements en cours, faisant œuvre d’ethnologue.

ISBN : 978-2-9524223-5-2 – 128 pages couleurs, Format 24 x 28 cm, couverture cartonnée, 30 €

Cyclistes aux Pyrénées

Les deux récits de voyages cyclistes ici réunis nous promènent à travers l’Ariège, l’Aude et les Pyrénées-Orientales des années 1900.
Ils témoignent de cette courte période durant laquelle la bicyclette – cet instrument essentiellement géographique – contribua à la naissance du tourisme… juste avant le triomphe de l’automobile.
Leurs auteurs – un avocat bordelais et une inconnue toulousaine, soucieux de partager un goût, savent donner au lecteur l’impression de tenir le guidon, de respirer la poussière, de lutter contre la pente ou le vent, et surtout de découvrir un pays alors peu connu.
Adeptes d’un cyclisme d’heureuse errance, Monsieur comme Madame racontent à travers leur cheminement l’histoire du paysage et de l’activité humaine dans l’est pyrénéen de la Belle Époque.

ISBN : 2-9534223-1-1 – 105 pages,  12 €

Lire un extrait