| Domaine Pyrénées

Ariège Grandeur Nature

Julien Vergne, Olivier Buisson, Julien Garric, Hervé Duval et Martin Castellan

L’Association des Naturalistes de l’Ariège a été créée en 1988 par une poignée de passionnés. Elle étudie les milieux naturels, la faune, la flore et les relations qui lient l’homme à la nature. Elle tire son dynamisme d’une équipe de professionnels compétents et motivés, tout en s’appuyant sur l’enthousiasme de nombreux bénévoles.
Ses missions ? Connaître, faire connaître et préserver la nature en Ariège.
L’Ariège offre une grande diversité de paysages, d’altitudes et d’influences climatiques…
Il fallait une équipe de spécialistes, de passionnés, une équipe pluridisciplinaire déterminée, des talents divers, pour rassembler toutes les observations et connaissances du milieu naturel de ce département.
L’envie de partager, les 30 ans de l’Ana et un petit grain de folie indispensable ont donné corps et âme à cette aventure pour aboutir à cet ouvrage.
De nombreuses photos et dessins naturalistes de grande qualité illustrent les textes didactiques.
Des extraits de carnets d’observations d’une quinzaine de naturalistes nous dévoilent la pratique de ces amoureux de la Terre très investis dans leur quête du vivant.

ISBN : 978-2-917971-78-9 – 240 pages, couleur, 27 x 23 – 30 €




Les auteurs :
Olivier Buisson Instituteur à Foix. Ariégeois d’adoption et membre de l’Ana depuis une dizaine d’années. Naturaliste et photographe passionné, entre autres, par les Amphibiens et les Reptiles. (www.flickr.com/photos/107881003@N04)

Martin Castellan Licencié en photojournalisme et en sciences environnementales, il est journaliste, auteur, traducteur et photographe spécialisé dans l’environnement, l’agriculture durable et le tourisme vert. Il est également administrateur de l’Ana. (www.martincastellan.com)

Hervé Duval Forestier de formation, il a fréquenté pendant 40 ans plusieurs centres INRA dans le domaine des recherches forestières. Il a ensuite pris sa retraite dans cette merveilleuse Ariège qui l’a séduit dès les premiers instants et, plus particulièrement, quand il a connu l’Ana dont il est devenu administrateur.

Julien Garric Naturaliste depuis 40 ans, il traîne ses jumelles un peu partout en Europe mais surtout en Ariège depuis plus de 20 ans. Tour à tour salarié, administrateur ou bénévole de l’Ana depuis 1999, il coordonne les actions sur le gypaète, réalise divers suivis d’espèces et anime le réseau Aigle Royal Ariège.

Julien Vergne Naturaliste et éducateur/formateur en environnement depuis 25 ans, il est salarié de l’Ana depuis 2002. Il est également illustrateur animalier pour des brochures, des revues ou des livres.(www.facebook.com/JulienVergneNature)

Souvenirs des Pyrénées

Objets d’histoire & histoires d’hommes

Brigitte GASTON-LAGORRE

Par le regard qu’elle porte sur l’amas hétéroclite de ces objets qui décorent nos murs, emplissent nos tiroirs ou encombrent nos armoires, Brigitte Gaston-Lagorre révèle une mémoire collective inscrite dans un paysage marqué par la présence des Pyrénées.
Ces objets-souvenirs témoignent d’une histoire et fondent un « petit patrimoine » qui réfléchit tout à la fois une époque, une activité, un terroir singuliers.
Isard porte-lettres, sabot-cendrier, cartes postales, gourde d’eau bénite directement venue de Lourdes, peigne en corne acheté en pays d’Olmes ou objets publicitaires glanés sur la caravane du Tour, dans l’Aubisque : tout ce joyeux bric-à-brac nous invite à explorer un territoire intime en nous replongeant dans notre propre histoire.
Ces menus objets agissent comme autant de balises, nous contant les plaisirs et les peines, les joies secrètes et les deuils… À ce titre, chacun d’eux est précieux, même s’il n’a parfois aucune valeur marchande.
C’est la résurgence de souvenirs d’enfance liés à ce type d’objet qui a motivé l’écriture de ce livre pour lequel l’auteure s’est fait un malin plaisir d’aller à la rencontre de collectionneurs follement entichés d’objets-souvenirs, qu’ils soient liés à l’activité industrielle – comme JOB – ou au monde agropastoral, magnifié par des passionnés de la mémoire paysanne.
Brigitte GASTON-LAGORRE enseigna en Ariège et loin de ses Pyrénées avant d’exercer de plus hautes fonctions dans l’univers des bibliothèques.
Loin d’une vision esthétique classique, émise au seul nom du « bon goût », Brigitte Gaston-Lagorre, nourrie par une triple influence –littéraire, artistique et sociologique –, analyse avec passion le riche imaginaire pyrénéen.

Voir quelques pages du livre

bibliographie

Pistes bibliographiques

Les Objets, Communications, n°13, 1969.
Œuvre ou objet, Sociologie de l’art, n° 6, 1993.
Histoire des mœurs, t. I, Jean Poirier dir., Paris, Gallimard, La Pléiade, 1990.
Les Objets et les choses, Genèses, n° 17, Paris, Belin, 1994.
Collectionner ? Territoire, objets, destins, Odile Vincent dir., Paris, Creaphis, 2011
BARTHES, Roland, « Sémantique de l’objet », [1964], in L’Aventure sémiologique, Paris, Seuil (coll. Points), 1985. —
« L’effet de réel », [1968], in Le Bruissement de la langue, Paris, Seuil , coll. Points, 1984. Repris dans Littérature et réalité.
BAUDRILLARD, Jean, Le Système des objets, Paris, Gallimard, 1968.
« La morale des objets. Fonction-signe et logique de classe », Communications, 13, 1969.
« La liturgie formelle de l’objet », in La Société de consommation, Paris, Gallimard, 1970.
BENJAMIN, Walter, « L’œuvre d’art à l’ère de la reproductibilité technique », (1936), in Œuvres, t. II, Poésie et Révolution, Paris, Denoël, 1971.
BAZIN, Jean, BENSA, Alain, « Les objets et les choses. Des objets à “la chose” », www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/genes_1155-3219_1994_num_17_1_1257
Böll Heinrich, Le Destin d’une tasse sans anse, 1985.
BON François, Autobiographie des objets, 2012.
CARAION, Marta, « Objets en littérature au XIXe siècle », Images Re-vues [En ligne],
4 | 2007, document 1, mis en ligne le 01 janvier 2007. URL : http://imagesrevues.revues.org/116
CHARPY, Manuel, Le théâtre des objets. Espaces privés, culture matérielle et identité bourgeoise – Paris, 1830-1914, Thèse de doctorat, Université de Tours, 2010.
« L’ordre des choses. Sur quelques traits de la culture matérielle bourgeoise parisienne, 1830-1914 », Revue d’histoire du XIX e siècle, n° 34, 2007.
« La comédie à demeure. Circulations des modes, des objets et des dispositifs techniques dans le Paris du XIX e siècle », in La maison, lieu de sociabilité, Paris, Le Manuscrit université, 2007.
CHOAY, Françoise, L’Allégorie du patrimoine, Paris, Seuil, 1992.
DAGOGNET, François, Éloge de l’objet : Pour une philosophie de la marchandise, Paris, Vrin, 1989.
L’invention de notre monde : L’industrie, pourquoi et comment ?, Paris, Encre marine, 2000.
Pour l’art d’aujourd’hui, de l’objet de l’art à l’art de l’objet, Ed. Dis Voir, 1992.
FREUD Sigmund, « Le fétichisme », in Trois essais sur la théorie sexuelle, 1905.
HUYSMANS Karl-Joris, A Rebours, 1884, Livre de poche.
PAMUK Orhan, Le Musée de l’Innocence, 2011 ; L’Innocence des objets, 2012
PEREC Georges, Les Choses, 1965.
PONGE Francis, Le Parti pris des choses, 1942.
PONGE Francis, Pièces, NRF, Poésie – Gallimard et plus particulièrement « L’édredon » (p.55), « La lessiveuse » (p.72), « La radio » (p.89), « La valise » (p.90), « La cruche » (p.94), « L’assiette » (p.125).
VIAN Boris, La Complainte du progrès, 1956
VIGOUROUX François, L’Ame des objets
ZOLA Emile, Au bonheur des dames, 1853.

Et dans le domaine des arts plastiques, les œuvres – entre autres -, de  : Arman, Ben (Vautier), Christian Boltanski, Georges Braque, César, Salvador Dali, les frères Di Rosa, Marcel Duchamp, Eileen Gray, Damien Hirst, Jeff Koons, Bertrand Lavier, René Magritte, Pablo Picasso, Michelangelo Pistoletto, Jean-Pierre Raynaud, Daniel Spoerri, Philippe Starck, Jean Tinguely, Joana Vasconcelos, Andy Warhol.

Et aussi…

La série L’Objet de… réalisée par Julie Bonan sur une idée originale de David Unger produite par Actes Sud a été diffusée sur Paris Première et l’est toujours sur YouToube. Des auteurs présentent, en deux minutes, leur objet préféré.
La série filmée « Objectivement » diffusée sur Arte à partir de ce concept : Et si les objets qui nous entourent prenaient vie ? Que diraient-ils ? La série donne la parole aux objets et croque avec drôlerie nos travers et nos manies. Les objets deviennent des personnages avec leurs envies et leurs tracas du quotidien. Allongés sur le divan, ils se confient au docteur Rorschach.

ISBN : 978-2-917971-74-1 – 200 pages + 24 pages couleur, 16,5 x 24,5 – 25 €

Dans les rues de Foix

Claude Delpla

« Balade fuxéenne » : c’est sous cet intitulé que la Dépêche du Midi a publié une série d’articles de Claude Delpla sur les rues de Foix, du 14 octobre 2001 au 17 novembre 2002. Il les avait lui-même regroupés et enrichis en vue d’une édition. Dans ce livre qui les rassemble, on retrouve son art de lier le détail et la grande histoire, de voir Foix comme une ville monde et l’histoire locale comme une ouverture.« Certaines villes semblent ne pas avoir d’histoire. Foix, par contre, est dominée par son histoire. Quotidiennement, les trois tours du château surplombent la ville et rappellent qu’une vingtaine de comtes ont régné six cents ans sur notre cité et sur le comté de Foix. Les noms de rues conservent la mémoire d’une ville : le nom de personnalités ou de figures de l’histoire locale ou nationale, des appellations d’activités, de métiers ou des particularités géographiques ou historiques. Certains noms anciens demeurent depuis sept ou huit siècles, d’autres ont disparu. Nous allons nous promener dans ces rues de Foix pour y découvrir leur histoire visible ou cachée, leur passé enfoui ou à fleur de sol, leur souvenir desséché dans des manuscrits dépoussiérés ou toujours vivant chez les perpétuels “derniers Fuxéens” menacés sans cesse de disparition prochaine ! »

Professeur agrégé au lycée de Foix, Claude Delpla (1934-2017) a été un enseignant d’histoire et d’occitan passionné qui a marqué des générations d’élèves. Grâce à ses nombreux articles parus dans la presse, il était pour les Ariégeois une voix familière qui leur racontait avec passion la Résistance, l’histoire de l’Ariège, de l’Occitanie, ou de Foix.

ISBN : 978-2-917971-69-7- 126 pages, couleur, 16 x 2412 €



Le Mont Valier

Alain Bourneton
Patrice Teisseire-Dufour

Enfin un livre tout à la gloire du mont Valier, qui dans le cœur des Ariégeois trône comme le seigneur du Couserans. Ce Valier qui de la plaine toulousaine surgit au sud comme une évidence sur la ligne ondulante des Pyrénées.
On comprend qu’un tel sommet ait inspiré la plume des passionnés de montagne, fascinés par la puissance de la nature et par l’humanité profonde du monde pastoral qui font l’univers du mont Valier.
Par sa contribution, Alain Bourneton nous invite à butiner dans leurs textes, le premier de Pierre Dardenne datant de 1802, le dernier de Louis Audoubert relatant sa première au Trou noir en 1971.

Le relais est ensuite pris par Patrice Teisseire-Dufour, qui aborde le Valier à travers ses acteurs d’aujourd’hui que sont les bergers, sans oublier sa faune et sa flore ou encore son singulier glacier d’Arcouzan. Et aussi avec l’histoire des croix qu’arbore le sommet, ou du refuge des Estagnous situé sur le Chemin de la Liberté arpenté chaque année en hommage à ceux qui fuyaient l’oppression dans les années sombres.

Il fallait bien deux auteurs pour nous montrer la voie vers le Valier.

Alain Bourneton, natif de l’Ariège, est l’auteur de nombreux livres sur les Pyrénées. Son regard de bibliophile averti de tout ce qui s’est écrit sur le massif est précieux pour mieux connaître le Valier.

Patrice Teisseire-Dufour, reporter randonneur à Pyrénées magazine, est l’auteur de nombreux ouvrages sur les Pyrénées et le Sud-Ouest.

Comme un si majestueux sommet ne pouvait se célébrer les yeux fermés, les photographes Jean-Philippe Arles, Alain Baschenis, Alain Bertrand, Bernard Bouzin, Pierre Cadiran et Laurence Muguet ont aussi contribué à éclairer ce sommet de légende.

ISBN : 978-2-917971-68-0 – 224 pages, couleur, 16,5 x 25,525 €

– sur Calameo –



Estives d’Ossau

7 000 ans de pastoralisme dans les Pyrénées

Archéologie pastorale estime d'OssauSous la direction de Christine Rendu, Carine Calastrenc,
Mélanie Le Couédic, Anne Berdoy

La montagne a une histoire, des chercheurs archéologues et historiens la racontent

L’histoire du pastoralisme a longtemps été considérée comme immuable depuis des millénaires. Pourtant, les recherches initiées par des archéologues et historiens depuis une trentaine d’années remettent en question l’apparente stabilité des pratiques pastorales dans les Pyrénées. Pour cela, il faut reconstituer l’environnement des temps passés, chercher les traces archéologiques fugaces laissées par les bergers et leurs troupeaux, débusquer les témoignages des humbles face aux puissants dans les archives et les récits…
Dans les Pyrénées béarnaises, la vallée d’Ossau – dominée par le pic du Midi auquel elle a donné son nom – est l’une des plus connues de la partie occidentale du massif. L’activité pastorale y est toujours vivace mais sa longue histoire demandait à être décryptée. Pour écrire les 7 000 ans d’évolution des estives et du pastoralisme en Ossau, une approche pluridisciplinaire était nécessaire. Les observations croisées de différents chercheurs (16 auteurs) permettent de dévoiler progressivement l’histoire, ou plutôt les histoires, des multiples aspects de la vie pastorale sur la longue durée.
Troupeaux, herbages, forêts, cabanes, fromages, mais aussi terres communes ou droits d’usage, partages territoriaux et pratiques de l’espace, relations entre estives et piémonts sont analysés à la lumière de nouvelles sources et de nouveaux regards.

ISBN : 978-2-917971-60-4 – 280 pages, couleur, 27 x 27 – 32 €




Les auteurs du livre :

Philippe Allée / géographe et géomorphologue ; professeur des universités, laboratoire GEOLAB, UMR 6042, université de Limoges.
Dany Barraud / historien et archéologue de l’Antiquité ; inspecteur général des patrimoines (archéologie), ministère de la Culture et de la Communication ; chercheur associé Ausonius, UMR 5607, université Bordeaux-Montaigne.
Rémy Berdou / anthropologue ; doctorant, laboratoire ITEM, EA 3002, université de Pau et des Pays de l’Adour.
Anne Berdoy / historienne et archéologue du Moyen Âge ; ingénieure de recherche contractuelle, CNRS, laboratoire FRAMESPA (équipe Terrae), UMR 5136, université Toulouse-Jean Jaurès.
Carine Calastrenc / archéologue ; ingénieure d’études, CNRS, laboratoires FRAMESPA (équipe Terrae), UMR 5136 et Traces, UMR 5608, université Toulouse-Jean Jaurès.
Benoît Cursente / historien du Moyen Âge ; directeur de recherche honoraire, CNRS, laboratoire FRAMESPA (équipe Terrae), UMR 5136, université Toulouse-Jean Jaurès.
Patrice Dumontier / archéologue ; Groupe archéologique des Pyrénées occidentales (GAPO).
Didier Galop / géographe et palynologue ; directeur de recherche, CNRS, laboratoire GEODE, UMR 5602, université Toulouse-Jean Jaurès.Pierre Gascouat / enseignant au lycée des métiers de la montagne d’Oloron-Sainte-Marie, animateur pastoral au sein de la cellule pastorale des Pyrénées-Atlantiques.
Patricia Heiniger-Casteret / anthropologue ; maître de conférences, laboratoire ITEM, EA 3002, universitéde Pau et des Pays de l’Adour.Juliette Knockaert / archéozoologue ; doctorante, laboratoire d’archéozoologie et archéobotanique : Sociétés, pratiques et environnements, UMR 7209, Sorbonne universités, Muséum national d’histoire naturelle, CNRS.
Dominique Laffly  / géographe ; professeur des universités, université Toulouse-Jean Jaurès.
Mélanie Le Couédic / archéologue ; ingénieure de recherche, laboratoire ITEM, EA 3002, université de Pau et des Pays de l’Adour.
Philippe Leveau / historien et archéologue de l’Antiquité ; professeur émérite d’archéologie, Centre Camille Jullian, UMR 7299, université d’Aix-Marseille.
Jean-Paul Métailié / géographe ; directeur de recherche, CNRS, laboratoire GEODE, UMR 5602, université Toulouse-Jean Jaurès ; président du conseil scientifique du Parc national des Pyrénées.
Christine Rendu / archéologue et ethnologue ; chargée de recherche, CNRS, laboratoire FRAMESPA (équipe Terrae), UMR 5136, université Toulouse-Jean Jaurès.

Géographie amoureuse de l’Ariège

couv-geo-ariege

L’eldorad’eau

Michel Sébastien

Michel Sébastien a parcouru les Pyrénées depuis plus de 60 ans. Dès 1972, avec d’autres, il a œuvré pour la création d’un parc : le Parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises, qui a vu le jour en 2009. Il rêve et œuvre sans relâche à la création d’un parc des Trois Nations, associant Ariège, Andorre et Espagne.
Pour lui, la grande richesse de l’Ariège, c’est l’eau. Dans la perspective du changement climatique et de la transition énergétique, il ausculte le ciel et propose d’augmenter les réserves d’eau en altitude.
L’Ariège – « eau perchée »  entre la Garonne atlantique et l’Aude méditerranéenne – peut devenir un « eldorad’eau ».

Michel Sébastien nous a quitté fin septembre 2016, à l’âge de 79 ans.
Ses réflexions sur le développement du département n’ont cessé d’alimenter le débat. Cette Géographie amoureuse de l’Ariège est l’occasion de les rassembler.
C’est avec toute la fantaisie qui le caractérise que Michel Sébastien se livre avec délectation dans Géographie amoureuse de l’Ariège à l’art de la prospective, jeu intellectuel élégant et séduisant dont cet ouvrage donne une synthèse à la fois sérieuse et amusée.

ISBN : 9782917971-50-5 – 160 pages, 16 x 24 – 15 €