All posts by Elisa

Benoît FAURE

Roi de la montagne

Jean-Paul Bourgier

“Je vous propose de décerner au petit Benoît Faure le titre de Roi des Grimpeurs.” Ainsi s’exprime le 20 juillet 1930 Henri Desgrange, rédacteur en chef de L’Auto et créateur du Tour de France. Le propos élogieux salue les performances du coureur forézien. Ce dernier passe en tête au sommet de la plupart des cols du Tour de France. L’année précédente, le patron du Tour l’a surnommé “la Souris” à cause de sa petite taille, de sa facilité à avaler les fortes pentes. Mais bien aussi, sa capacité à se glisser dans la bonne échappée ou à se faire oublier au sein du peloton lui vaut bien ce surnom. Le Tour de France est son royaume. Il remporte une étape à Nice et le classement des touristes-routiers en 1929 et 1930.

Benoît Faure brille également lors des courses d’un jour où il multiplie les succès. Les places d’honneur affirment de belles qualités de sprinter. “la Souris” est très endurant et doté d’une farouche volonté. Il réalise des coups d’éclat sur les très longues distances. En effet, ne conduit-il pas à 49 ans une échappée solitaire de plus de 500 kilomètres lors de Paris-Brest-Paris 1948 ?

Ainsi, au cours d’une carrière d’une exceptionnelle longévité, il côtoie les Magne, Leducq, Vietto et assiste aux débuts prometteurs de Robic, Caput, Géminiani et Louison Bobet.
Malicieux et ne manquant pas d’humour, Benoît Faure se retire à Saint-Étienne et dans son Forez natal où les souvenirs des exploits de “la Souris” restent vivaces.

Jean-Paul Bourgier est aussi l’auteur de Le Tour de France 1914 ; 1919, le Tour renaît de l’enfer et Ô Galibier !, également parus aux éditions Le Pas d’oiseau. Il raconte le sport cycliste avec son œil d’historien, mais aussi avec son goût immodéré pour la petite reine et pour son cher Forez.

ISBN : 978-2-917971-82-6 – 108 pages, 24 x16 – 15 €




La fraude était presque parfaite

Michel Veyssière

Enquête en eaux trouble à Aulus-les-Bains

Aulus-Les-Bains, un petit village de l’Ariège est le théâtre d’une fraude de grande ampleur.

En 2004 plusieurs villageois découvrent que la centrale hydroélectrique communale a été détournée à des fins privées, à l’insu même du conseil municipal. En effet, deux maires successifs et leur adjoint ont directement participé à cette opération. Une société privée qui a pour actionnaires l’épouse et le fils de l’adjoint vent l’usine secrètement à un prix défiant toute concurrence.
Alors, la nouvelle municipalité conduite par Michel Veyssière va mener un long combat pour faire revenir la centrale dans le patrimoine communal. Un combat pleinement soutenu par les Aulusiens, pour une lutte qui va durer treize ans. Les tribunaux ont prononcé 17 jugements ! Enfin la fraude est reconnue, l’acte de vente annulé.
Cette affaire montre comment l’idéologie libérale a fait bon ménage avec des opérations frauduleuses au profit d’intérêts privés. À l’inverse, les Aulusiens ont montré leur attachement à l’intérêt général et rappelé que les ressources naturelles appartiennent à tous.

Article le 26 février 2018 dans l’Humanité

ISBN : 978-2-917971-77-2 – 120 pages, 14,7×21 – 12 €





La libération de l’Ariège

Claude Delpla

Un hommage à tous ces hommes et femmes qui on libéré l’Ariège au risque de leur vie

« 1944 ! Des générations se sont écoulées depuis la libération de l’Ariège et l’oubli rongeur de mémoire s’est installé, inexorable comptable des temps évanouis. L’histoire a dû batailler pour retrouver ces combattants de la clandestinité.
Il s’agit ici de faire découvrir, resurgir des hommes et des femmes qui ont, dans la nuit et le silence, accepté d’inventer une nouvelle forme de guerre. Les hasards de l’histoire ont mêlé le destin tragique des républicains espagnols vaincus et réfugiés chez nous, à notre destin aussi tragique de vaincus devenus des étrangers dans leur propre pays.
L’union des vaincus d’hier a permis les victoires du lendemain. Ainsi, la libération de l’Ariège est inséparable du combat des guérilleros espagnols, de l’aide des évadés du camp du Vernet, de la lutte des maquisards de nos forêts. La solidarité n’avait donc pas de frontières.»

C’est ainsi que Claude Delpla présentait en 2004 ses chroniques sur la libération de l’Ariège. Le temps et les forces lui ont manqué pour achever l’ouvrage qu’il projetait. Voici ce livre proposé aux lecteurs. Ceux-ci y trouveront une narration globale de la Libération et de l’épuration en Ariège, racontée au jour le jour, au plus près des événements. Ils découvriront une vision forte, celle d’une Libération internationale, fruit de l’alliance entre la «  République espagnole des forêts  », la République française des maquis et des anciens des Brigades internationales. Ils y trouveront aussi la réfutation de légendes ou de déformations qu’ont suscitées la période, notamment celle d’une prétendue spécificité ariégeoise de violence archaïque. 

La famille Delpla a déposé aux Archives départementales de l’Ariège, à Foix, l’ensemble des documents en rapport avec cette période de l’histoire. Un fonds Delpla a été créé à cet effet.

ISBN : 978-2-917971-80-2 – 520 pages, 16 x 24 – Prix : 25 €




Couvre-feu sur l’Ovalie

Rugbys et rugbymen dans la 2e  Guerre mondiale
Francis Meignan

En 1939, le rugby français se divisait en deux pratiques : à XV (la plus ancienne) et à XIII. Depuis sa mise à l’écart des rendez-vous internationaux avec les Britanniques, le rugby à XV était en perte de vitesse. A contrario, le XIII bénéficiait de cette situation. En effet, celui-ci montait en puissance, en attirant grâce à son statut professionnel des vedettes du XV.
Le premier acte majeur du gouvernement de Vichy fut la suppression du rugby à XIII. Il l’accusait d’être perverti par le professionnalisme. À la fin de la guerre, la libération du territoire permit au rugby à XIII de renaître et au rugby à XV de renouer ses relations internationales.
Cependant, entre ces deux événements majeurs, la pratique du rugby perdura vaille que vaille. D’abord à travers coupes et challenges dont l’auteur explore les palmarès. Puis à partir de 1942, grâce à un championnat recréé et une Coupe de France.

Après avoir analysé les conséquences de la Grande Guerre sur le rugby français Dans la mêlée des tranchées”, Francis Meignan pose son regard d’historien sur l’impact de la Deuxième Guerre mondiale sur le rugby, sur les rugbys, le XV et le XIII. Il le fait à travers le portrait de joueurs au destin souvent tragique, de dirigeants et d’hommes politiques au rôle déterminant dans l’histoire de ce sport.

ISBN : 978-2-917971-81-9 – 158 pages, 16 x 24 cm – Prix :  18 €




Le voyageur est un menteur

Gérard Bastide

Ce voyage en France, c’est une recette-maison préparée depuis tant d’années avec d’authentiques morceaux d’aventures, mijotée avec des bouts d’expéditions, des conserves de pistes, des restes de virées, relevée avec des reliefs de montagnes bien sûr, assaisonnée de traces à la sauce sentier. Avec la débrouille, les rencontres de hasard, mes cahiers de bord et les récits que j’inventerai au gré de mes vagabondages.
Car mon voyage est un non-lieu. Voyage-rébus, parcours de paroles, carnet de dé-route, c’est aussi et surtout une réflexion au fil des pistes sur l’imaginaire, le pouvoir et la chair des mots. Moi je préfère une histoire sans voyage qu’un voyage sans histoire. Alors je reprends la route pour donner à manger aux mots, j’écris pour apprivoiser mes chemins. L’aventure commence quand on la raconte. Ainsi le récit du voyageur sera à la fois biographie, testament et fiction.

ISBN : 978-2-917971-86-4 – 180 pages – Prix : 10 €

Vous pouvez commander le livre par courrier à l’adresse ci-dessous
Gérard Bastide 3, chemin de la plaine, 81240 – St-Amans Soult
Sitouèbe : gerardbastide.fr

Saint-Orens de Gameville

Ville nature

Texte de Brice Torrecillas, avec la participation d’EPSO pour les photographies

Aux portes du Lauragais, entretenant des liens privilégiés avec Toulouse, Saint-Orens de Gameville offre une grande qualité de vie. En effet, jouissant de toutes les commodités urbaines, elle profite de nombreux espaces verts et de terres agricoles étendues.
De plus sa fulgurante ascension démographique amorcée à la fin des années 1970 ne lui a pas tourné la tête. Car si cette commune née en 1790 s’inscrit résolument dans l’avenir, elle n’oublie pas cependant son passé. Fermes, villas et châteaux font écho à la beauté du paysage alentour, vallons aux couleurs vives et chaîne des Pyrénées.
Le village devenu ville est demeuré à taille humaine, permettant aux habitants de nouer des relations conviviales. Cette proximité qui refuse la barrière des générations est-elle la clé de son dynamisme ?
Vous retrouverez ou découvrirez une ville aux charmes parfois méconnus mais indéniables. Une ville qui fait rimer modernité et authenticité. Pour le dire en trois mots : une ville nature.

ISBN : 978-2-917971-79-6 – 152 pages, couleur, 29,7 x 23,5, couverture cartonnée – 25 €


Ariège Grandeur Nature

Julien Vergne, Olivier Buisson, Julien Garric, Hervé Duval et Martin Castellan

L’Association des Naturalistes de l’Ariège a été créée en 1988 par une poignée de passionnés. Elle étudie les milieux naturels, la faune, la flore et les relations qui lient l’homme à la nature. Elle tire son dynamisme d’une équipe de professionnels compétents et motivés, tout en s’appuyant sur l’enthousiasme de nombreux bénévoles.
Ses missions ? Connaître, faire connaître et préserver la nature en Ariège.
L’Ariège offre une grande diversité de paysages, d’altitudes et d’influences climatiques…
Il fallait une équipe de spécialistes, de passionnés, une équipe pluridisciplinaire déterminée, des talents divers, pour rassembler toutes les observations et connaissances du milieu naturel de ce département.
L’envie de partager, les 30 ans de l’Ana et un petit grain de folie indispensable ont donné corps et âme à cette aventure pour aboutir à cet ouvrage.
De nombreuses photos et dessins naturalistes de grande qualité illustrent les textes didactiques.
Des extraits de carnets d’observations d’une quinzaine de naturalistes nous dévoilent la pratique de ces amoureux de la Terre très investis dans leur quête du vivant.

ISBN : 978-2-917971-78-9 – 240 pages, couleur, 27 x 23 cm – Prix 30 €

Les auteurs :
Olivier Buisson Instituteur à Foix. Ariégeois d’adoption et membre de l’Ana depuis une dizaine d’années. Naturaliste et photographe passionné, entre autres, par les Amphibiens et les Reptiles. (www.flickr.com/photos/107881003@N04)

Martin Castellan Licencié en photojournalisme et en sciences environnementales, il est journaliste, auteur, traducteur et photographe spécialisé dans l’environnement, l’agriculture durable et le tourisme vert. Il est également administrateur de l’Ana. (www.martincastellan.com)

Hervé Duval Forestier de formation, il a fréquenté pendant 40 ans plusieurs centres INRA dans le domaine des recherches forestières. Il a ensuite pris sa retraite dans cette merveilleuse Ariège qui l’a séduit dès les premiers instants et, plus particulièrement, quand il a connu l’Ana dont il est devenu administrateur.

Julien Garric Naturaliste depuis 40 ans, il traîne ses jumelles un peu partout en Europe mais surtout en Ariège depuis plus de 20 ans. Tour à tour salarié, administrateur ou bénévole de l’Ana depuis 1999, il coordonne les actions sur le gypaète, réalise divers suivis d’espèces et anime le réseau Aigle Royal Ariège.

Julien Vergne Naturaliste et éducateur/formateur en environnement depuis 25 ans, il est salarié de l’Ana depuis 2002. Il est également illustrateur animalier pour des brochures, des revues ou des livres.(www.facebook.com/JulienVergneNature)

Faim de cycle

Faim de cycleJean-Marc Chavot

« Le temps change les hommes. Alors, une guerre, pensez donc ! Ça vous brise une vie toute tracée ou ça vous propulse sur un Olympe dont vous ne soupçonniez même pas l’existence. À l’été 1914, deux cyclistes amateurs testent leurs vingt ans sur les routes de leur premier Tour de France, sans imaginer un seul instant que ce pourrait être leur dernier. Les voilà happés par la Grande Guerre, reclus dans les tranchées, captifs du monde industriel de l’arrière. Un espoir les fait tenir, que renaisse la Grande Boucle… »

À travers l’épopée des Géants de la route, ce roman historique plonge le lecteur dans un monde agité par les secousses qui vont bouleverser la France et l’Europe de l’après-guerre.
Jean-Marc Chavot est professeur d’histoire. Sa collaboration avec le musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne, véritable musée technique du Cycle, lui permet de partager sa passion pour la Première Guerre mondiale et pour l’histoire du sport.

ISBN : 978-2-917971-76-5 – 158 pages, 14,5 x 21 cm – Prix :  13 €


Le long silence de Verónica

Un roman historique sur fond de Retirada, avec la recherche des origines pour horizon

Patrick De Meerler

Léo n’a pas oublié le recommandé qui l’attend sur la table de la grande pièce. Il a du mal à défaire ce paquet entouré de scotch dans tous les sens. Soulevant délicatement le couvercle, il découvre les lettres liées entre elles par une ficelle fine.
Verónica, une très jeune réfugiée catalane, arrive en France en février 1939 en compagnie de José, son amoureux et protecteur. En 1942, elle met au monde un petit Léo à la maternité d’Elne. Mais la maladie et la guerre les séparent tous trois à jamais. Léo est adopté par un couple de paysans pyrénéens, qui toujours lui cacheront la vérité sur sa naissance. En effet, Verónica restera toute sa vie silencieuse, écrivant à son fils des lettres qu’elle ne lui envoie pas. Alors, ces lettres adressées à Léo par un notaire sont le point de départ de l’enquête que mène JJ, un ami historien. Il est aidé par l’épouse de Léo, réfugiée rwandaise à l’accent belge. JJ se charge alors de visiter ces lieux de mémoire, de nouer des liens entre le passé et le présent. Ainsi il aidera Léo à reconstruire son identité… et peut-être la sienne en passant.

Patrick De Meerleer, mêlant son goût pour la nature sauvage et la généalogie, inscrit son roman dans un contexte historique précis. De Rivesaltes à Ibos, en passant par Elne, Toulouse et les Pyrénées où Léo a grandi, il nous plonge à travers le personnage attachant de Verónica dans le douloureux épisode de la Retirada.

http://lepasdoiseau.fr/wp-content/uploads/pdf/ext_Veronica.pdf

ISBN : 978-2-917971-75-8 – 208 pages – 15 €


Une brèche dans le mur

Une romance à l’épreuve du soupçon
au cœur des Pyrénées

Claire Michaud-Destriau

Quelque chose est mort en moi, il y a dix-sept ans maintenant. En grandissant, tour à tour la colère succédait au chagrin, l’incompréhension à la honte, la vengeance au pardon.

En venant s’installer dans ce village perché au cœur des Pyrénées ariégeoises, Solenne, la nouvelle institutrice de la classe unique, a un objectif : reprendre le fil de l’histoire que la disparition de sa mère a rompu il y a déjà si longtemps.
Mais c’est sans compter avec l’arrivée aussi brutale qu’inattendue d’un certain Diego, coupable d’un double homicide et censé dormir sous les verrous.
Jour après jour, les deux protagonistes doivent cohabiter en évitant d’empiéter sur le territoire de l’autre. Dans un village où la rumeur attise les fantasmes, chacun protège ses secrets.

Enseignante en anglais dans la région toulousaine, Claire Michaud-Destriau explore par l’écriture les fissures humaines à l’œuvre dans un univers pyrénéen aussi attachant qu’immuable. Elle signe là son troisième roman, après Une clé pour deux et L’écho du silence (éd. Roc du Ker).

ISBN : 978-2-917971-73-4 – 270 pages, format 14,7 x 21 cm – 15 €

http://lepasdoiseau.fr/wp-content/uploads/pdf/extrait-Breche_dans_le_mur.pdf