AZF Fragments du fracas

20 ans après la catastrophe

Frédéric Arrou

À Toulouse, le 21 septembre 2001, l’usine AZF explose. L’onde de choc a soufflé les habitations dans un rayon de 6 km et son orientation a essentiellement touché « les quartiers », ceux que l’on écrit entre guillemets parce qu’on y trouve des immigrés, des pauvres, des illettrés et jusqu’à 45 % de chômage. Des gens démunis face aux documents revendiqués par des assureurs mesquins et les gestionnaires de la réhabilitation qui travaillent sur plan, dans la méconnaissance la plus parfaite du mode de vie de ces populations. En créant
« l’Association des sinistrés du 21 septembre », Frédéric Arrou les a non seulement aidés, mais les a surtout restitués dans leur citoyenneté, dans leur dignité. Une saga sociale, une expérience humaine aussi, qu’il va poursuivre jusqu’au premier procès de l’industriel, en 2009. Dans AZF, fragments du fracas, Frédéric Arrou restitue des notes prises au fil de ses rencontres, de ses humeurs. De ses souvenirs aussi. Il peut être drôle, mordant, parfois cinglant. Toujours entier. Vingt ans après, ce livre témoigne de ce que peuvent faire les hommes de la vie, le pire comme le meilleur. Certains aident les faibles, d’autres écrasent les pauvres, d’autres encore essaient d’écouter et de comprendre. Le bilan d’AZF ne se réduit pas à une colonne de chiffres, il reste gravé dans la mémoire de tous, dans une ville qui n’avait alors qu’une hâte : oublier.

Frédéric Arrou est né un 29 février, s’est marié un vendredi 13 et a pris sa retraite un 1er avril. Le genre de type qui peut jouer au loto, mais qui a choisi d’écrire pour témoigner et éviter que ne soit ensevelie « l’autre mémoire » de la catastrophe d’AZF, celle qui s’est jouée dans les coulisses des cabinets d’assurances, à la Préfecture, à la Mairie, et chez les avocats de l’industriel… soutenu par la CGT.

Isbn : 978-2-917971-94-9 – 160 pages – 14,5 X 21 cm – Prix 15 €

Histoires de mules

Textes d’Olivier Courthiade
Illustrations de Bruno Gras

.… Ces animaux aux longues oreilles, au regard tour à tour doux ou goguenard, m’ont fasciné de longue date. Il était grand temps d’accorder de l’attention à ces étranges animaux. Ma volonté – en chaussant les bottes de mon ami Éric Rousseaux, auteur de Mules et Mulets, ces animaux d’exception – est de donner quelques tuyaux (et recettes) aux néo-aficionados. Plutôt que de me lancer dans un ouvrage didactique, la forme épistolaire m’a paru plus sympathique pour livrer quelques secrets…
et plus appétissante. Et le cocher flamand à qui s’adressent ces lettres, existe-t-il vraiment ? Oui, gagné ! Beaucoup de chair et d’os sur ce “Géant des Flandres” à poil roux. Instructeur d’attelage de renommée internationale, directeur de haras, Emmanuel de Meulenaer a toujours élevé, dressé et utilisé des chevaux de toutes races.
Je le remercie d’avoir joué le jeu du débutant qu’il n’est pas. Le connaissant un tantinet gourmand, j’en profite pour lui suggérer dix recettes typiquement pyrénéennes. L’illustrateur de mes lettres, c’est Bruno Gras, mon « voisin du dessus », puisqu’il habite le dernier village en amont de la vallée de l’aride, au cœur des Pyrénées ariégeoises. »

Olivier Courthiade

Isbn : 978-2-917971-93-2 – 120 pages, 21,5 x 17 cm – Prix : 20 €